L'église Markus

Presentasjon

L’église Markus ! Cette magnifique église de St. Hanshaugen à Oslo, se trouve à seulement 900 mètres du quartier du gouvernement. Magnifique en effet, car l’église donne l’impression pertinente d’avoir été préparée pour une fonction tout particulière et ce depuis sa construction.

Le plafond est orné de peintures d’anges déclarant :
« Priez sans cesse », « Remerciez Dieu » et « Chantez de joie au Seigneur ». Cela exprime la louange! Derrière l’autel se trouve une représentation artistique des quatre êtres vivants du livre de l’Apocalypse qui chantent « Saint, Saint, Saint » jour et nuit. Dieu soit glorifié ! D’autres anges déclarent : « Ne craignez pas, croyez seulement », « Réjouissez-vous dans l’espérance », « Dieu est amour ». La miséricorde de Dieu est grande ! Et au-dessus de l’entrée il se trouve une inscription gravée dans le granit : « Ayez foi en Dieu – tout est possible à celui qui croit ! » Si vous venez ici, c’est dans l’expectative de voir des miracles et des guérisons. Voici l’espoir pour ceux qui n’ont plus d’espoir !
L’aménagement des combles a également fait place à une tour de prière.

L’église est très bien desservie avec un arrêt de bus juste en face de l’entrée principale facilitant 400 départs par jour et 10 millions de passagers annuels.

Consacrée à la prière

L’église Markus a été inaugurée le 1er avril 1927. Lorsque Jesus Church a repris l’église en mars 2014, un vieux magazine de l’église a été retrouvé. Il a été publié juste après l’ouverture de l’église. Le thème parcouru de l’avant à la couverture est la prière.

L'autel de prière

Parmi les articles, il y en a un qui a particulièrement attitré notre attention, il est intitulé « Autel de prière d’une Mère ». « Une mère de nombreux enfants, malgré toutes les demandes de la journée, se levait une heure avant la famille chaque matin. Elle se rendait dans la cuisine et s’agenouilla près d’une chaise. Là, elle déversait son cœur en prière pour tous ses proches et demandait la bénédiction de Dieu sur eux et sur toutes les occupations de la journée. » L’article décrit également comment ses prières ont continué à agir même après sa mort et explique l’importance de construire des autels de prière. « Abraham a construit un autel là où il a campé. C’est l’une des raisons pour laquelle la bénédiction que Dieu lui avait promis a pu être manifestée. Nous avons besoin de maisons abritants de tels autels. Chers père et mère, où est votre autel ?

Pionniers et intercesseurs missionnaires

Le magazine partage également un enseignement fort sur « Le sens de l’intercession » où Bolette Larsen Hinderli est décrite comme une « missionnaire de l’intercession ». Le journal de l’église explique que « lorsqu’elle était enfant, elle avait vu dans une vision de grandes quantités d’idoles et de peuplades en détresse, et le Seigneur lui avait parlé en ces mots :
« Prie pour que des missionnaires soient appelés à prêcher ma louange sur terre ! » Cela lui fit une forte impression. Et peu à peu une profonde compassion s’est éveillée dans son cœur pour les peuples les plus délaissés.

Quand elle était enfant et qu’elle jouait avec d’autres enfants, il lui arrivait de courir derrière une maison et d’y épancher son cœur de douleur auprès de Dieu : « Envoye des missionnaires aux pauvres peuplades ! » En vieillissant, ces luttes de prière sont devenues de plus en plus fortes. Souvent, elle devait quitter son lieu de travail pour se précipiter dans un endroit désert afin de pouvoir passer du temps seule en prière. 

Bolette se lassa de ces luttes de prière et elle demanda au Seigneur pourquoi elle traversait cette détresse. Puis le Seigneur lui montra dans une vision qu’elle priait pour un prisonnier dans une cellule. « Prie pour lui et je l’enverrai prêcher l’évangile aux Gentils », a dit le Seigneur. Alors Bolette, profondément émue cria à Dieu : « Je prierai pour lui ! »  Malgré la lutte et la souffrance, elle a remarqué qu’elle pouvait prier avec confiance et reçu la conviction dans son esprit que Dieu lui avait donné la victoire. Ses prières seraient exaucées. Elle répétait sans cesse ses prières pour ce prisonnier.

Il n’est pas rare qu’elle passait une grande partie de la nuit en prière. Il arrivait souvent qu’elle se levait à quatre heures du matin et quittait la ville car, sans être dérangée par toutes les impressions, elle pouvait crier à Dieu pour ce prisonnier, dont l’image restait claire dans son esprit. C’est à cette époque que Lars Olsen Skrefsrud a mené sa grande bataille en prison, et Dieu l’a vaincu. Un peu plus tard, elle apprit qu’un criminel repentant devait apporter la parole lors d’une réunion – et lorsqu’elle le vit pour la première fois, elle reconnue l’homme qu’elle avait vu en vision.

Lars Olsen Skrefsrud est devenu un missionnaire pionnier. Il a lancé une grande organisation missionnaire en Inde, et aujourd’hui 150 000 personnes font partie de l’église qu’il a fondée parmi les Santala. Il a appris à parler 18 langues et a traduit des parties de la Bible de Santal. Le magazine de l’église conclut : « Comme il est étrange de savoir que pendant que Skrefsrud menait son dur combat dans la solitude en prison, Bolette a fidèlement persévéré dans une prière fervente à Haugesund, puis il est devenu cet étrange ouvrier et cet outil remarquable dans le royaume de Dieu. »

Le magazine de l’église trouvé dans un coin acculé de l’église ne parle que de prière. Serait-ce un signe de ce à quoi l’église est destinée ? La prière pour l’unité, la prière audacieuse, les autels de prière et les missionnaires de prière priant pour les missionnaires sont également à la une de Day&Night.